Le lait, fausses idées.

Le lait, c’est un casse tête pour tout le monde. Même après diverses lectures, un cours entier sur ce sujet et une intervenante du CNIEL, j’ai toujours l’impression de manquer d’infos!

Sachant que, tous les jours, de nouvelles études voient le jour, il est impossible d’affirmer qu’une vérité aujourd’hui en sera une demain. Et oui, même les sciences sont remises en question. Voilà donc, uniquement MON avis.

  1. Des hormones dans le lait

    Selon la réglementation, il est interdit aux producteurs de lait d’administrer des hormones à leurs vaches. Le lait de vache contient donc uniquement les hormones déjà présentes dans le lait. La quantité présente n’aurait aucun effet négatif sur la santé au vu des quantités consommées ou recommandées.

  2. Des antibiotiques

    Si une vache est malade, on peut lui administrer des antibiotiques pour la soigner. Dans ce cas, cette vache est mise à l’écart afin que son lait ne soit pas mélangé lors de la traite.
    Si, lors des analyses du lait, on observe la présence d’antibiotiques dans le lait, la totalité du lait issue de la traite sera détruite.

  3. Du calcium pas si bon que ça

    J’ai lu dans certains articles que le calcium du lait n’était pas aussi bien assimilé qu’on le prétend. Honnêtement, je ne suis pas encore apte à répondre à cette question.

    On dit aussi, à l’inverse, que le calcium animal est mieux assimilé que le calcium végétal. En effet, certains éléments dans les végétaux piègent le calcium et diminuent ainsi son absorption et son utilisation.  Un article plus détaillé est disponible ici.

  4. Le bien-être animal

    Voilà un sujet qui me touche beaucoup; je suis très sensible à la souffrance des animaux, que ce soit durant leur vie ou la manière selon laquelle ils sont abattus.
    L’élevage des vaches laitières peut donc poser questions.
    Comme tout autre aliment, plusieurs modes de production existent. Il existe des vaches mal traitées comme des vaches bichonnées. Ce qui est vrai, c’est qu’une partie des veaux et vaches issues de ces élevages finissent bel et bien dans des assiettes.
    Reste seulement à choisir une alimentation en cohérence avec vos convictions.
    Le bio et les labels peuvent être un pas vers une démarche plus soucieuse du bien-être animal.

    Notons également, qu’une vache en pâturages donne une meilleure qualité de lait. Cliquez sur le lien pour plus d’infirmations.

  5. Seul les êtres humains boivent du lait

    Il est vrai que l’Homme est la seule espèce à boire le lait d’un autre animal. Alors, en effet, il est normal de se poser la question de sa nécessité.
    Les recommandations françaises en calcium sont de 950 mg / jour pour un adulte et l’OMS fixe un apport minimum entre 400 et 500 mg / jour. Il me parait difficile d’atteindre ses recommandations sans consommer de laitages. Effectivement, notre alimentation est de plus en plus carencée en minéraux, du fait d’une alimentation plus pauvres en fruits et légumes, de cultures intensives sur des sols appauvris, des modes de cuisson, et d’une alimentation de plus en plus transformée. Il apparaît donc, que pour la majorité de la population, couvrir ses besoins en calcium seulement grâce à une alimentation végétale, peut s’avérer être un réel défi.
    Le calcium étant particulièrement important pour les enfants et les adolescents, il est conseillé de vous faire accompagner par un professionnel si vous souhaitez éliminer totalement les produits laitiers de votre alimentation.

Pour conclure sur les produits laitiers, toujours selon mon point de vue, la population devrait faire confiance aux recommandations nationales et leur laisser une place dans notre alimentation. Sans en abuser bien sûr! En consommant une part de fromage et un yaourt nature dans la journée, vous couvrez une partie de vos besoins en calcium.

C’est un apport en calcium simple, qui permet de couvrir des besoins qui ont bien été vérifié scientifiquement.
Comme dit plus haut, privilégier des consommations locales et biologiques amènent à un compromis entre les besoins recommandées, le bien-être animal et une éthique globale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *